Les 10 commandements pour survivre en terrain avalancheux – Bruce Tremper

Les 10 commandements pour survivre en terrain avalancheux – Bruce Tremper

Partager l'article
  
  
  

Cette vidéo est basée sur le livre de Bruce Tremper « Staying alive in avalanche terrain ». Bruce Tremper a été directeur du contrôle des avalanches à Big Sky Ski Area, prévisionniste avalanches pour l’Alaska Avalanche Center et directeur du Utah Avalanche Center où il a travaillé pendant près de trente ans. Il a écrit plusieurs livre sur la nivologie.

SOMMAIRE :
00:00 : Qui est Bruce Tremper ?
01:45 : Commandement #1 : Un par un tu descendras et quelqu’un en lieu sûr en cas de secours tu laisseras
03:04 : Commandement #2 : La pente en amont d’autrui tu ne traverseras pas
03:30 : Commandement #3 : Une voie de secours toujours tu anticiperas
04:28 : Commandement #4 : En haut de la pente tu traverseras
04:57 : Commandement #5 : En premier jamais tu ne te descendras
05:30 : Commandement #6 : Petit tu commenceras puis doucement tu progresseras
06:05 : Commandement #7 : Obsédé par les conséquences tu seras
07:02 : Commandement #8 : Tu communiqueras
07:36 : Commandement #9 : Une pause aux points de décision tu feras
08:37 : Commandement #10 : Le bon équipement tu utiliseras
11:03 : C’est cadeau !

►En complément vous êtes libre de recevoir gratuitement mes deux guides « 8 courses pour débuter l’alpinisme » et « Débuter le ski de randonnée pas à pas » !
https://ift.tt/2WRf62h

►Suivez-moi sur les réseaux sociaux :
Page Facebook : https://ift.tt/2WOHzFU
Instagram : https://ift.tt/3oOTXkK
Groupe d’entraide : Alpinisme et ski de rando : https://ift.tt/2YqXhbn

Les 10 commandements pour survivre en terrain avalancheux

Est-ce que vous connaissez les 10 commandements pour rester en vie en terrain avalancheux ?

Cette vidéo est basée sur le livre de Bruce Tremper « Staying alive in avalanche terrain ».

Mais qui c’est ce type ?

Alors je vais pas vous faire toute sa biographie mais sachez qu’il a été directeur du contrôle des avalanches à Big Sky Ski Area, prévisionniste avalanches pour l’Alaska Avalanche Center et directeur du Forest Service Utah Avalanche Center où il a travaillé pendant près de trente ans. Il a écrit plusieurs bouquins sur la nivologie donc il en connait un rayon.

Alors avant de passer aux commandements, petite précision de la part de Bruce que je vais essayer de vous traduire de manière élégante :

« Ne vous méprenez pas. Ces commandements ne garantissent pas une sécurité sans faille. Ils aident simplement à tendre un peu plus vers le risque 0. Nous prendrons tous des mauvaises décisions au moins une fois dans notre vie et même plusieurs fois. Alors pour faire face à l’inévitable, avoir des habitudes de moindre risque est la seule manière de tirer le risque de 1% à 0,1%. Le dernier paramètre de l’équation du risque – la vulnérabilité – peut être atténuée grâce à un équipement adapté et de bonnes compétences de secours, diminuant encore un peu plus le risque à 0,01%, ce qui est le taux maximum que l’on peut accepter pour une longue pratique. Contrairement aux tables de la loi de Moïse, ces commandements ne sont pas gravés dans le marbre, chaque fois que je les publie, j’ajoute et je retire certaines choses.

Merci Bruce pour ces précisions importantes !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [Vidéo] - Quel matériel d'alpinisme et de ski de rando pouvez vous acheter d'occasion ?

Alors sans plus attendre passons à ses 10 commandements pour rester en vie !

Commandement #1 : Un par un tu descendras et quelqu’un en lieu sûr en cas de secours tu laisseras

Il faut résister à l’instinct grégaire et ne pas se jeter tous ensemble dans la pow pow parce qu’on est trop pressé de faire sa trace dans la neige vierge. C’est intéressant parce que le sentiment de sécurité est profondément lié à la taille du groupe, plus on est nombreux et plus on se sent en sécurité. Ce qui pendant des milliers d’année a prouvé son efficacité quand on était encore chasseur de mammouth ou qu’on voulait repousser les tigres à dents de sabre. Mais contre le monstre de l’avalanche cela fait l’effet opposé : la distance entre les skieurs ou les randonneurs est la meilleure défense pour plusieurs raisons :

  1. Si une avalanche se déclenche, il faut absolument que quelqu’un soit resté en lieu sûr pour pouvoir sortir les autres
  2. Si tout le monde part en même temps, tout le monde se fera ensevelir si une avalanche est déclenchée
  3. Les groupes pèsent plus lourd qu’une personne seule et ont donc plus de chance de surcharger une couche fragile et d’amorcer sa rupture
  4. Plus on est nombreux et plus on prend des chemins différents et plus on risque de passer sur le point de rupture d’une plaque.

Donc quand vous êtes en groupe (et 2 c’est un groupe, si si !), vous y allez chacun votre tour et celui qui est en haut reste dans un endroit safe !

Commandement #2 : La pente en amont d’autrui tu ne traverseras pas

Il ne faut pas couper la pente transversalement en amont de qui que ce soit. Car si vous déclenchez une avalanche, tout le monde seras tué et il ne restera personne pour le sauvetage.

Pour la même raison, quand on rejoint son pote, il faut toujours s’arrêter en dessous de lui et non au-dessus.

Traverser la pente en amont de quelqu’un est un peu l’équivalent d’une tentative de meurtre.

Commandement #3 : Une voie de secours toujours tu anticiperas

Si vous déclenchez une avalanche et que vous êtes en plein milieu de la coulée, vous avez très peu de chance de vous en sortir. Les guides et les pisteurs utilisent une technique qu’ils appellent « ski cut » ou « slope cut » littéralement « coupe de pente » qu’on pourrait traduire par « raccourski » ou « couper court ». L’idée c’est de toujours se diriger vers un îlot protégé des avalanches en descendant la pente. Donc en théorie si vous déclenchez une avalanche, l’élan que vous aurez pris grâce à la vitesse, vous poussera vers cet îlot de sécurité et vous aurez une chance de vous en sortir.

Visez donc les points les petits points d’altitude, les sommets intermédiaires, les pentes moins raides ou les rochers. Posez-vous la question : où est-ce que j’irais si ça partait ?

Vous pouvez aussi regarder dans quel sens pointent vos skis. Est-ce qu’ils se dirigent vers un îlot de sécurité ? Ou droit dans la pente ?

La première personne à se lancer dans la pente doit toujours utiliser cette technique.

Commandement #4 : En haut de la pente tu traverseras

Si vous devez traverser une pente avalancheuse, faites-le le plus en amont possible. La neige en aval ne peut pas vous ensevelir, la neige en amont si. Donc si vous déclenchez une avalanche et que vous êtes bien en amont, vous aurez moins de volume de neige au-dessus de vous et donc moins de chance de vous faire ensevelir.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [Vidéo] - LE livre pour progresser en montagne !

Veillez cependant à bien respecter le commandement numéro 2 et de faire attention à ce qu’il n’y ait personne en dessous.

Commandement #5 : En premier jamais tu ne te descendras

Évidemment parfois il faut bien que quelqu’un passe en premier. Et parfois ce sera vous. Dans ce cas, veillez à bien appliquer tous les autres commandements. Mais dans la mesure du possible essayez d’éviter d’être le premier. 90% des coulées prennent le premier skieur.

Vous pouvez réduire le risque en utilisant une corde, en analysant le terrain, en faisant tomber une corniche dans la pente dans ce cas soyez assuré pour ne pas tomber avec…

Commandement #6 : Petit tu commenceras puis doucement tu progresseras

Il est très important de commencer par récolter des informations sur des pentes peu dangereuses, peu pentues pour voir comment elles réagissent. Il ne faut pas se jeter droit dans une pente raide sans avoir récolté des indices sur la stabilité du manteau neigeux dans des pentes similaires et moins dangereuses.

Attention cependant car l’apparente stabilité de terrains faciles peut être trompeuse et ne pas s’appliquer pour des terrains plus raides. Il est donc important de comparer ce qui est comparable c’est à dire de faire des tests à des altitudes similaires et de même aspect que la pente finale convoitée.

Commandement #7 : Obsédé par les conséquences tu seras

Que se passera-t-il si ça part ? Qu’est-ce qui est dessous ? Qu’y a-t-il au-dessus ? A quoi la pente est-elle reliée ? Est-ce que ça pourrait mal tourner et pour quelles raisons ?

Il est important de se rappeler que si quelqu’un se fait coffrer il sera probablement gravement blessé, peut-être handicapé à vie ou mort. On n’est pas en train de regarder une vidéo de freeride tranquillement dans son canapé, notre vie est en jeu. A l’approche d’une belle pente de poudreuse, notre cerveau anticipe le kiff, il sécrète des endorphines et le rôle de notre raison et de notre préparation c’est de se battre contre ce piège et de passer en mode analyse froide tout en restant à l’affut de notre intuition … et non de nos impulsions.

Si vous imaginez les conséquences potentielles, cela vous aidera à vous ramener à la réalité et peut-être que vous vous direz que le plus important c’est de rentrer vivant. Et ça on a parfois tendance à l’oublier.

Commandement #8 : Tu communiqueras

Le groupe doit être suffisamment petit ou très bien mené pour assurer une communication bienveillante et efficace. Il peut être intéressant d’utiliser des radios.

J’ai réalisé que souvent quand j’avais un mauvais pressentiment, mes potes avaient le même. Mais j’ai aussi réalisé que si personne n’en parlait, on avait chacun l’impression que les autres géraient alors qu’en fait tout le monde avait cette mauvaise impression. En bref : quand vous avez un mauvais pressentiment, parlez-en.

Je vous invite à aller revoir la vidéo sur les pièges de l’inconscient avec Émilie où l’on parle entre autres de ce phénomène.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Quand faut-il faire demi-tour en montagne ?

Commandement #9 : Une pause aux points de décision tu feras

Beaucoup d’accidents arrivent parce que quelqu’un a choisi la facilité. Et il est très facile de tracer sans faire de pause. Le premier part, le second le rejoint et à peine arrivé, le premier repart. Être efficace et gagner du temps est essentiel en montagne mais il faut aussi savoir ralentir, prendre le temps de l’analyse et de la discussion pour prendre la meilleure décision. Et pour cela un brief bien réalisé peut être une aide solide. En effet si vous avez défini à l’avance les points de décision, vous savez quand vous devez faire une pause et quel sujet vous devez aborder pour prendre la meilleure décision. Ce commandement est aussi très important pour favoriser la communication. Pas de point de décision, pas de pause. Pas de pause, pas de discussion. Pas de discussion… pas de discussion.

Commandement #10 : Le bon équipement tu utiliseras

C’est ici que nous parlons du cas où vous avez pris la mauvaise décision et vous êtes pris dans l’avalanche. Comment peut-on réduire le risque et le faire passer de 0,1% à 0,01% ?

Le triptyque DVA/Pelle/Sonde est un indispensable. La formation pour utiliser efficacement ce matériel de secours avalanche est tout aussi indispensable. Mais nous pouvons citer d’autres éléments :

  • Des fixations de ski positionnées en mode « déchaussage » et non pas verrouillées
  • Si vous avez un leash, soyez sûr qu’il se brise en cas d’avalanche
  • Ne pas utiliser les dragonnes de vos bâtons
  • Avoir un sac airbag avalanche peut réduire le risque de décès (voir l’étude de l’ANENA sur les airbags)
  • Toujours avoir un petit brin de corde dans le sac. Et il faut que cette corde soit disponible ! Et pas en fond de sac sinon vous aurez la flemme de la sortir. Ça peut être une corde de rando mais au moins vous pourrez, tester des pentes et éventuellement les purger s’il le faut. Un petit moyen de savoir quand la sortir : quand vous dites « attends bouge pas, je vais voir » en général, ça veut dire qu’il faut sortir la corde. Merci à Tony Lamiche pour cette astuce.

Alors on pourrait rajouter des commandements, on pourrait dire qu’une bonne prépa de course est essentielle. Mais que le terrain prime toujours sur ce qu’on a lu dans le BERA. Que le risque 3 est le risque où il y a le plus d’accident parce qu’on croit que c’est un risque intermédiaire alors que c’est un risque marqué…

Alors quel est votre 11ème commandement ? Dites-le moi dans les commentaires 😉

En attendant je vous dis, à plus dans les hauteurs, ciao !

Sources :
https://www.mountaineers.org/blog/ten-commandments-for-staying-alive-in-avalanche-terrain
https://www.wildsnow.com/14306/review-book-avalanche-essentials-tremper/
https://utahavalanchecenter.org/about/past-forecasters
L’étude de l’ANENA sur les airbags

 

Partager l'article
  
  
  

Laisser un commentaire