Club alpin, livres, stages, vidéos… Où se former à l’alpinisme ?

Club alpin, livres, stages, vidéos… Où se former à l’alpinisme ?

Partager l'article
  
  
  

« Dois-je m’inscrire dans un club alpin pour débuter en alpinisme ? » « Quels sont les meilleurs livres ou chaînes YouTube pour apprendre les bases de l’alpinisme ? » ou encore  « Combien de temps faut-il pour se former à l’alpinisme ? » Voilà autant de questions légitimes que se pose un débutant qui souhaite se former à l’alpinisme. 

Techniques de progression et d’assurage, installation d’un relais ou descente en rappel, connaissance des nœuds incontournables et du b.a.-ba de la nivologie… Si toutes ces compétences forment la boîte à outils de l’alpiniste autonome, elles peuvent toutefois effrayer et décourager l’alpiniste débutant. 

Reste donc à savoir comment acquérir ces compétences sereinement et de préférence sans rester bloqué 10 ans au stade de débutant. Stage, club alpin, livres, vidéos…, nous allons donc, dans cet article, faire le tour des avantages et inconvénients de chaque moyen d’apprendre les bases de l’alpinisme.

En lisant cet article, vous apprendrez :

  • si vous devez vous inscrire dans un club alpin au mois de septembre ;
  • les 10 premières techniques à apprendre quand on veut se former à l’alpinisme ;
  • comment décupler le potentiel d’un stage sur le terrain et ainsi booster votre progression. 

1. Ce qu’un débutant doit apprendre pour se former à l’alpinisme

Un certain nombre de techniques doivent être apprises pour devenir autonome en alpinisme et pouvoir envisager de partir en haute montagne par ses propres moyens. Identifier clairement ces techniques essentielles est la première étape qui vous permettra de concentrer votre énergie au bon endroit. 

Comprendre la logique « 1 risque = des techniques associées »

Faire de l’alpinisme, c’est en quelque sorte défier les lois de la gravité et, de ce fait, prendre quelques risques. Parmi les plus courants : le risque de dévisser, de se prendre un caillou sur la tête ou encore de tomber dans une crevasse… 

Mais personne ne souhaite prendre des risques démesurés. Ainsi, dans une course d’alpinisme, du matériel et des techniques spécifiques sont utilisés pour réduire le danger associé aux risques identifiés.

Prenons 2 exemples : 

  • Dans une course d’alpinisme sur glacier, le risque principal est la glissade. C’est pour cela qu’on doit apprendre à cramponner (technique +  matériel spécifique) et à s’arrêter avec son piolet (technique + matériel spécifique). 
  • Dans une course sur rocher, lorsqu’on doit franchir une longueur plus raide (cotée dans le 4 ou le 5) le principal risque est la chute d’un des membres de la cordée. Ainsi, on décide de tirer une longueur (la technique d’assurage + matériel spécifique) pour être capable d’arrêter la chute d’un des grimpeurs. 

Que ce soit dans un club alpin, lors d’un stage, sur des vidéos ou dans des livres…, se former à l’alpinisme pourrait se résumer ainsi : comprendre les risques d’une situation donnée et utiliser les techniques associées pour réduire le danger. Voyons maintenant les principales techniques à connaître. 

Quelles sont les 10 techniques essentielles à apprendre pour se former à l’alpinisme ?

Cette liste est évidemment non exhaustive, elle s’adresse aux débutants qui souhaitent savoir par où commencer. Les techniques se renouvellent et les risques évoluent. Ainsi, limiter l’alpinisme à quelques techniques gravées dans le marbre serait un peu naïf. 

Ces 10 gestes de base sont incontournables pour construire les fondations de votre autonomie en alpinisme. Le risque principal qu’il cherche à réduire est celui de : dévisser, glisser, chuter, tomber… (Encore et toujours cette satanée gravité !)

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Cas pratique d'une prépa de course avec la CSV - La cartographie systémique des vigilances #2

1. S’encorder

2. Progresser en corde tendue

3. Cramponner

4. Savoir marcher et s’arrêter avec un piolet 

5. Savoir lire un glacier pour choisir l’itinéraire le moins dangereux

6. Faire un assurage en mouvement

7. Tirer une longueur 

8. Poser des points

9. Installer un relais 

10. Descendre en rappel 

Maintenant que nous avons bien identifié les gestes de base à acquérir pour se former à l’alpinisme, voyons où chercher l’information !

Stage, club alpin, livre, vidéo…, avantages et inconvénients de chaque moyen de se former à l’alpinisme

Stage

La FFCAM et ses 400 clubs alpins

La FFCAM est la Fédération française des clubs alpins et de montagne, c’est l’une des plus anciennes associations consacrées à la pratique et à la connaissance de la montagne. Sa mission est de rendre accessible au plus grand nombre une pratique autonome et responsable de la montagne. Dans cet esprit, elle contribue à la formation et à la sécurité des pratiquants dans de nombreuses disciplines, dont l’alpinisme. Les 100 000 licenciés de la FFCAM sont répartis dans 400 clubs alpins. Dans un club alpin, vous pouvez vous former à l’alpinisme du niveau grand débutant jusqu’à pouvoir encadrer bénévolement des personnes en alpinisme. 

Il y a de nombreuses options pour se former via la FFCAM ou au sein d’un club alpin. Pour les débutants, voici les 2 meilleures options.

Option n° 1 : Les grands parcours organisés par la FFCAM.

Ces événements sont faits pour découvrir une discipline ou y progresser. En alpinisme, ils vous permettront par exemple de faire une école de neige sur glacier ou d’apprendre à vous encorder et à découvrir l’assurage en mouvement sur une course d’arête. 

Le tarif est très abordable. Par exemple, le tarif pour le week-end du grand parcours de Chamonix, qui inclut les remontées mécaniques, l’encadrement et la soirée du samedi, est de : 50 € pour les jeunes de moins de 25 ans et 90 € pour les adultes à partir de 25 ans. C’est donc une excellente entrée en matière pour un premier contact avec l’alpinisme. 

Option n° 2 : Les cycles ou un week-end de formation organisé dans le club alpin ou par les comités régionaux ou départementaux.

Ces stages sont assurés par des bénévoles formés dans le cursus de la FFCAM ou par un guide de haute montagne. Ils ont l’avantage d’être à un tarif très abordable et sont pensés pour amener les participants vers l’autonomie. Seul hic, il y a souvent plus de demandes que de places disponibles. Cela entraîne inévitablement une certaine frustration si on se voit refuser toutes ses demandes d’inscription à un stage. Pour voir toutes les informations de votre club, inscrivez-vous dès le mois de septembre pour ne pas rater les soirées de présentation des stages de l’année.

Comment savoir si la formation avec la FFCAM est faite pour vous ? 

S’inscrire dans un club alpin est globalement une bonne idée pour se former à l’alpinisme. C’est le lieu idéal pour rencontrer des partenaires de cordée et apprendre auprès de bénévoles exceptionnels qui vous enseignent l’alpinisme sur leur temps libre. À titre personnel, je suis infiniment reconnaissante envers ces bénévoles qui m’ont permis de devenir autonome en alpinisme et de faire de très belles courses. 

En revanche si vous manquez de temps, et que vous impliquer dans la vie du club ne vous intéresse pas, ce n’est peut-être pas la meilleure option pour vous. Dans beaucoup de clubs, il y a un principe de donnant-donnant. S’impliquer et donner de son temps bénévolement peut être un vrai coup de pouce pour avoir une place dans les – si prisés – cycles de formation. En prime, nombreux sont les membres qui, une fois formés à l’alpinisme grâce au club, donnent de leur temps pour enseigner à leur tour. C’est un principe qui ne convient pas à tout le monde et, avant de foncer vous inscrire, il vaut mieux vous demander sincèrement si c’est votre mode de fonctionnement. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les 6 pièges de l'inconscient qui vous mettent en DANGER en montagne - Partie 1

La FFME (Fédération française de la montagne et de l’escalade) a un fonctionnement similaire, même si la formation à l’alpinisme est un peu moins au cœur de ses missions. 

Les bureaux des guides

Faire une sortie individuelle avec un guide coûte environ 400 € la journée. Mais si vous voulez devenir autonome, il vaut mieux vous tourner vers un stage collectif pensé pour les débutants. Cela vous permettra d’apprendre les bases, dans un petit groupe de votre niveau, à un coût plus raisonnable (pour simplifier : + ou – 400 €/jour divisé par 6 participants ; à quoi il faudra rajouter les demi-pensions en refuge). 

La principale difficulté des stages débutants avec un bureau des guides est d’avoir accès à l’information. Il y a beaucoup de bureaux des guides en France et vous ne pouvez pas aller sur chaque site Internet pour connaître les dates des prochains stages. Le mieux reste de choisir un massif qui vous plaît (ex. : Vanoise, Écrins, Mont-Blanc, Pyrénées…) et de suivre l’actualité des bureaux des guides concernés pour avoir l’information au bon moment. 

UCPA

L’UCPA (Union nationale des centres sportifs de plein air) est une des plus vieilles associations françaises spécialisées dans les sports de plein air. C’est une des options les plus abordables financièrement après les clubs alpins. Pendant votre stage, vous serez encadré par un guide. Il est assez facile de connaître les dates et lieux de stage bien à l’avance, vous pouvez retrouver toutes les informations sur le site de l’UCPA.

Comptez 600 à 900 € les 5 jours de stage (tout inclus : guide, hébergement, repas…). 

ENSA 

Des stages avec les aspirants guides sont organisés pour les débutants ou des amateurs ayant peu pratiqué l’alpinisme. Les stages seront encadrés par des stagiaires aspirants guides en cours de formation sous la responsabilité des professeurs de l’ENSA. Une bonne condition physique est requise pour être en mesure d’enchaîner ces 5 jours en montagne. 

Il faudra compter un peu moins de 900 € les 5 jours (incluant l’encadrement, l’hébergement à l’ENSA et en refuge, et les forfaits remontées mécaniques). Les places partent vite, essayez de vous inscrire dès l’ouverture. 

LES AGENCES OUTDOOR

Ces dernières années, plusieurs agences outdoor « nouvelle génération » ont fait leur apparition sur Internet. Explora Projet, Chilowé, Décathlon Travel, Captain Wild… Des agences plus anciennes existent également dans différents massifs. Toutes proposent des séjours outdoor tout inclus pour découvrir ou progresser en alpinisme.

En ce qui concerne ces stages d’alpinisme, comptez environ 200 € par jour de stage. 

RÉSUMONS 

Type de stagePrix Facilité
d’inscription et d’accès
à l’information
Pensé pour vous rendre autonomeBesoin de s’impliquer
dans l’organisation
FFCAM et club alpin💰👌🏔 🏔 🏔🕔🕔🕔
Bureaux des guides💰💰👌🏔 🏔 🏔🕔🕔
UCPA💰💰💰👌👌👌🏔 🏔 🏔🕔
ENSA💰💰💰👌🏔 🏔🕔
Agences outdoor💰💰💰💰👌👌👌🏔 🏔🕔
Vous vous demandez où vous former à l’alpinisme ? Essayons de simplifier…

Vous l’aurez compris, de nombreuses options sont possibles pour faire un stage sur le terrain, étape incontournable pour se former à l’alpinisme. Reste à trouver pour vous le bon compromis prix / disponibilité. 

C’est toutefois un peu dommage de perdre du temps pendant un stage à découvrir l’assurage en 5 temps et le lexique de base. Si vous souhaitez progresser rapidement et tirer le meilleur de votre stage terrain, vous pouvez apprendre chez vous un certain nombre de choses. Ainsi : 

  1. vous apprenez à votre rythme, chez vous, toutes les informations essentielles pour devenir autonome en alpinisme ;
  2. votre temps sur le terrain sera uniquement dédié à la pratique et à la mise en application de vos connaissances. 
taper un rappel en alpinisme

Par exemple, juste avant un stage, il est judicieux de réactualiser vos connaissances pour être certain sur le terrain d’être capable de : 

  • faire des anneaux de buste et vous encorder en les solidarisant ;
  • installer votre système d’assurage et votre nœud autobloquant pour descendre en rappel ;
  • connaître les 5 nœuds incontournables en alpinisme : nœud de 8, cabestan, demi-cabestan, nœud de pêcheur double, nœud queue de vache.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Tutoriel Secours Crevasse : le Mariner Simple (mouflage)

Voyons maintenant comment vous pouvez apprendre et réviser tout ça depuis chez vous… 

2. APPRENDRE (OU RÉVISER) LA THÉORIE À VOTRE RYTHME

Si vous ne pratiquez et ne révisez aucun geste d’alpinisme entre deux sorties sur le terrain, alors vous risquez de mettre des années à devenir autonome en alpinisme. Quand on habite loin des montagnes ou quand on ne connaît personne pour sortir régulièrement, il arrive qu’on oublie les bases qu’on commençait tout juste à bâtir. C’est pourquoi apprendre de la théorie et réviser certains gestes entre 2 sorties d’alpinisme est une bonne pratique. Voyons quelles sources vous pouvez utiliser pour cela… 

Apprendre l’alpinisme dans les livres ?

Le guide de la montagne est une bible pour certains, un cale-meuble pour d’autres. Cela dépend de votre fonctionnement, apprendre des manips de corde sur un livre n’est pas adapté à tout le monde. En complément, vous pouvez aussi vous tourner vers le livre L’alpinisme : Des premiers pas aux grandes ascensions qui fait le point sur l’évolution des techniques de sécurité en haute montagne.

À titre personnel, je trouve ces livres difficiles à digérer et je préfère regarder des vidéos pour progresser en alpinisme, car cela me semble plus clair et donc plus facile à retenir. C’est particulièrement vrai pour tout ce qui concerne l’utilisation de la corde. Apprendre un nœud, par exemple sur une vidéo, est plus simple pour moi que dans un livre, mais l’important est que chacun trouve ce qui lui convient… 

Progresser en alpinisme grâce aux vidéos

Si vous préférez apprendre en vidéo, vous pouvez vous tourner vers des chaînes YouTube comme : 

Si vous avez peur de vous noyer dans toutes ces vidéos et que vous cherchez une formation en ligne qui vous explique de A à Z comment devenir autonome en alpinisme, alors c’est par ici !  Vous pourrez notamment : 

  • gagner du temps, car les vidéos arrivent dans le bon ordre pour vous accompagner pas à pas ; 
  • ne rater aucune étape et ainsi vous construire des bases solides ;
  • regarder à nouveau les modules clés pour réviser avant les stages sur le terrain. 
 

Partager l'article
  
  
  

One thought on “Club alpin, livres, stages, vidéos… Où se former à l’alpinisme ?

Laisser un commentaire