Ecole de glace : Bilan de mon initiation à l’alpinisme !

Ecole de glace : Bilan de mon initiation à l’alpinisme !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Fermez les yeux … euh non gardez les ouverts pour lire. Imaginez vous en train de marcher sur une immense dalle de glace. Des aiguilles de roche noire aiguisées, flirtant avec le ciel bleu, se dressent autour de vous. Vos crampons crissent sur la neige encore compacte de cette belle matinée d’été. De timides ruisseaux coulent le long de l’épiderme glaciaire comme autant de veines parcourent la peau. Vous vous réchauffez sous les quelques rayons du soleil qui s’aventurent par dessus les cimes et se déposent sur votre visage et pourtant la brise légère et fraîche du glacier vous empêche de vous découvrir. Vous avancez serein lorsque tout d’un coup votre compagnon de cordée chute ! Il dévale la pente devant vous ! Vous enfoncez votre piolet dans la glace et vos crampons mordent le sol. Vous retenez sans peine votre coéquipier qui de toute façon ne serait pas tombé très bas… Pourquoi ? Parce que vous êtes à l’école de glace ! Eh oui, ce n’était qu’un entraînement !

En juin dernier, j’ai participé à l’école de glace organisé par le CAF. L’école de glace est un passage quasiment obligatoire pour débuter l’alpinisme. C’est une journée d’initiation où un initiateur ou/et un guide vous prodigueront de précieux conseils pour évoluer sur glacier. Et rappelez-vous vos cours de mathématiques : c’est une condition nécessaire mais pas suffisante. L’école de glace vous apprendra les bases en quelques heures mais est loin d’être un véritable stage d’initiation. 

Je vais donc vous décrire ici de façon aussi précise que possible ce que j’ai appris en école de glace pour vous permettre d’avoir les bases si vous ne comptez pas la faire, de réviser si vous l’avez déjà faite ou de la préparer si vous comptez la faire.

C’est parti !

Les modalités

  • Lieu : le glacier blanc, le glacier de la Girose, la vallée blanche… Que ce soit dans les Pyrénées ou dans les Alpes, vous pourrez trouver votre bonheur.
  • Le prix : gratuite si vous faites parti d’un CAF, elle pourra être payante si vous faites appel à un guide ou à la compagnie des guide par exemple. Avec la compagnie des guides de Chamonix, il faudra compter 115€ si vous partez en groupe (minimum 4 personnes) et 330€ si vous partez seul (maximum 6 personnes) le train de Montenvers compris. Malgré tout vous pourrez trouvez des guides entre 50€ et 80€ directement sur les sites web des guides en question. 
    Train de Montenvers avec panorama sur la Mer de Glace et les Grandes Jorasses – Chamonix
  • Durée : Vous pouvez trouver des école de glace à la demi journée ou à la journée.  Vous trouverez bien évidemment des stages de plusieurs jours mais ce n’est plus de l’école de glace 😉 .
  • Nombre de personnes : si vous voulez flamber (ou juste que vous avez trouvé un beau/une belle guide) vous pouvez en prendre un/une pour vous tout seul. Attention cependant car draguer avec des crampons aux pieds peut vite s’avérer être une opération dangereuse ou ridicule (ça dépend de la pente). Si vous souhaitez y aller en groupe vous pourrez être maximum 6 personnes par guide. Lors de mon expérience avec le CAF nous étions une douzaine de personnes mais nous avions un guide ET un initiateur donc deux formateurs.
  • Période : fin mai à septembre pour la période idéale.
  • Niveau : aucun niveau n’est prérequis (c’est le principe d’une école me direz-vous) ! Vous n’avez donc besoin d’aucune connaissance particulière. Cependant si vous lisez ce blog vous pourrez vous contenter de réviser en pratique ce que vous aurez appris en théorie. Et vous intégrerez beaucoup mieux !
  • Condition physique : une condition physique “minimale” est requise, bien sûr si vous êtes essoufflé après avoir monté le premier étage de votre immeuble … pardon “de votre chalet à Courchevel”, il est peut être temps de reconsidérer votre carrière de triathlète. La plupart du temps il vous suffira de marcher comme pour une randonnée classique donc pas de panique !
  • Matériel : en général vous devrez louer votre matériel vous même (chaussures, crampons, baudrier, casque et piolet). Cependant le guide vous fournira certainement les broches à glace, les cordes et ce dont vous aurez besoin pour réaliser les manipulations. Veillez à voir avec lui avant le jour J. Si vous partez avec le CAF la plupart du temps vous pouvez louer du matériel chez eux pour pas cher. Camptocamp a fait une liste assez exhaustive de matériel à prendre sur glacier. Pensez à prendre des gants ! Eh oui en été on y pense pas forcément mais quand on chute on est content de les avoir.

 

Le Contenu de l’école de glace

 

Entrons dans le vif du sujet. 

L’encordement

Il existe trois type d’encordement avec ou sans anneaux de buste. Les anneaux de buste sont des anneaux de corde que l’on met en bandoulière pour être mobilisés rapidement. Ils constituent une réserve de corde permettant d’adapter continuellement la longueur de corde entre les personnes encordées. Ils peuvent également servir en cas de chute dans une crevasse comme nous le verrons plus loin. Le site de Petzl explique ces trois encordements de façon très claire.

 

Si vous ne possédez pas de mousquetons unidirectionnel, il est important de s’encorder sur deux mousquetons à vis en sens inversés.

 

La distance entre les personnes dépend du nombre de personne dans la cordée. Pour deux ou trois personnes il faudra laisser entre 15 et 20m entre deux personnes consécutives. Plus l’encordement est long plus il est facile d’enrayer la chute car l’élasticité de la corde rend le choc moins brutal. La corde s’enfonce dans la lèvre de la crevasse et est un peu freinée. 

 

Il ne faut jamais avoir d’anneaux de corde à la main et la corde doit toujours être tendue ! Elle ne doit jamais traîner par terre !

 

Il est possible de rajouter des nœuds de freinage qui seront utile si la quantité de neige est suffisante. En effet en cas de chute, les nœuds de freinage s’enfonceront dans la neige et ralentiront fortement la chute. Ils seront en revanche inutile si la quantité de neige est insuffisante (autour de 30cm). Si vous souhaitez en savoir plus, une très bonne vidéo de l’ENSA explique le phénomène.

 

Nœuds à connaître : nœud de cabestan et de demi cabestan, nœud en huit, nœud de chaise, queue de vache, Machard (autobloquant).

 

Je ferai un article plus détaillé sur chaque type de nœud.

La progression sur glacier

Dans quel main tenir le piolet ?

  • Lors de pente raide, la corde doit être placé en aval et le piolet en amont pour pouvoir le planter dans la pente en cas de chute. Cela suppose à chaque virage de passer au dessus de la corde pour la placer en aval à nouveau.

Comment se servir du piolet ?

Il existe quatre positions principales pour l’utilisation du piolet. 

  • La canne : la plus courante. Comme son nom l’indique on se sert du piolet comme d’une canne pour s’appuyer et s’équilibrer pendant la marche.
  • L’ancre : la lame du piolet est plantée dans la neige en amont. Le piolet est tenu à deux mains et est déplacé au fil de la progression. Cette technique s’utilise sur pente plutôt raide.
  • La ramasse : le piolet est à l’horizontal, tenu à deux mains, la pointe plantée dans la neige. Il est sorti de la neige puis replanté au fil de la progression de la même manière que l’ancre. Cette technique s’utilise également en pente plutôt raide.
  • La rampe : en descente, la lame du piolet est plantée dans la glace dans le sens de la descente pour créer une “rampe”. Si le piolet est suffisamment enfoncé, il est possible de tirer dessus sans qu’il se décroche et il constitue donc un appui solide.

Pour aller plus loin dans l’utilisation du piolet.

Comment marcher avec des crampons ?

La marche “dix pointes”: préparez-vous à muscler vos chevilles ! Lorsque qu’on marche avec des crampons, le but du jeu est de planter les dix pointes (c’est à dire toutes les pointes sauf les pointes avant) dans la glace. Même en pente. Et même quand on marche de façon transversale à la pente. Oui oui. Vous l’aurez peut-être compris, il faut complètement tordre les chevilles pour planter les dix pointes dans la neige. Pour la descente il faudra marcher avec les pieds en canard. Pour la traversée (transversale à la pente), il faudra poser le pied aval dans le sens de la pente et le pied amont perpendiculaire au pied aval et donc dans le sen de la marche. Le la cheville en amont sera donc “cassée” pour planter les dix pointes. Il ne faut pas se tenir sur les “carres” des crampons, c’est-à-dire uniquement sur 5 crampons d’un côté ou de l’autre. Moins vous plantez de crampons et moins vous accrochez sur la glace. Logique. Et en alpinisme, en général, il faut mieux bien accrocher sur la glace.

La progression en pointes avant : utilisée essentiellement en pente raide. Il s’agit de planter uniquement les deux pointes avant des crampons et de monter face à la pente aidé du piolet.

 

Les amarrages et techniques de secours :

Il existe de nombreuses techniques de secours qui pourraient faire l’objet d’un article à elles seules. Je me contenterais donc de survoler les deux principales pour vous donner un aperçu et que vous puissiez les travailler.

Le relais triangulé :

Technique de base pour s’assurer sur de la glace. Il consiste à planter deux broches à glaces reliées par une sangle. Rien de très compliqué mais il faut savoir comment ça marche. Encore une fois le site de Petzl explique cela très bien.

Le corps mort

Le corps mort est utilisé lorsque la glace n’est pas accessible ou tout simplement qu’il n’y en a pas et donc que les broches à glace sont inutiles. Il fera office d’amarrage sur lequel vous pourrez placer votre mouflage.

Le mouflage:

Utilisé pour sortir votre pote de la crevasse dans laquelle il est tombé parce qu’il regardait les chamois.

Le mousqueton que vous voyez en haut doit être installé sur un relais.

 

 

Le mot de la fin

L’école de glace ce n’est pas que de la technique c’est aussi un très bon moment passé dans des environnements extraordinaires avec des personnes qui partagent la même passion que vous. C’est donc l’occasion de se faire des compagnons de cordée, bref de réseauter quoi ! Profitez-en pour poser toutes vos questions au guide qui sera là rien que pour vous ! Et prenez des notes ! Ou venez sur ce blog pour vous faire des piqûres de rappel (rappel… alpinisme … vous l’avez ? 😆 ). Marcher sur un glacier est une expérience fascinante qui pourrait bien ne plus être possible dans quelques années alors profitons-en ! Il s’agit avant tout de prendre du plaisir et d’admirer la grandeur de la nature. 

J’espère donc que cet article vous aura aidé à vous préparer pour votre école de glace ou pour réviser ce que vous saviez déjà. Indiquez-moi en commentaire si vous avez appris des choses différentes lors de vos expériences, je serais ravi de pouvoir partager avec vous 😉 !


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  

Laisser un commentaire