Choisir sa CHAUSSURE d’ALPINISME avec ESPACE MONTAGNE – Partie 1

Choisir sa CHAUSSURE d’ALPINISME avec ESPACE MONTAGNE – Partie 1

Partager l'article

Avant de mettre un gros budget dans une chaussure mieux vaut être sûr ! Dans cette première partie on analyse les parties constituantes d’une chaussure d’alpinisme et on vous explique les différents types de chaussures adaptés à votre pratique. On parlera des chaussures semi-rigide, rigide mais aussi d’expédition en passant par la cascade de glace.

Tom, professionnel du magasin spécialisé Espace Montagne vous dit tout sur les chaussures d’alpinisme !

Montage et réalisation : Pierre-Louis Bertrand

Une petite définition de l’alpinisme pour commencer ?

L’alpinisme est un terme qui permet de regrouper toutes les pratiques qui vont permettre à une personne d’atteindre un sommet donc globalement en haute altitude, cela peut être de la randonnée glaciaire, de la cascade de glace, de la course d’arête, du mixte, des pentes de neige… C’est le terme qui permet de définir le sport pour atteindre un sommet en montagne.

On va adapter sa chaussure en fonction de sa pratique, cela semble logique mais c’était important de le rappeler.

  1. Les différentes parties de la chaussure ?
  2. Quelle chaussure en fonction de sa pratique ?
  3. Comment prévenir les ampoules ?
  4. Des conseils pour entretenir les chaussures ?
  5. Conclusion

1. Les différentes parties de la chaussure d’alpinisme

Tout d’abord, il est nécessaire de décrire les différentes parties de la chaussure, avec des termes un peu techniques pour parler le même langage.

Les chaussures d’alpinisme ont une tige haute permettant de bien protéger la cheville et d’avoir un très bon maintien. Il existe des chaussures à tige basse mais elles seront réservées à des marches d’approches ou des courses d’arête.

Pour la semelle, la plupart du temps en Vibram, (un des leaders du marché de la chaussure d’alpinisme), celle-ci est cranté comme un pneu de voiture, ce qui permet une bonne accroche sur tous types de terrains ; que ce soit de la neige, de la boue ou le rocher. La semelle est vraiment très importante, c’est le lien direct avec le sol.

Sur le côté de la chaussure, il y a une coque rigide et un pare-pierres qui permet de protéger le pied des chutes de cailloux ou des chocs divers.

Sur quasiment toutes les chaussures d’alpinisme, il y a des débords : c’est une sorte de petite lèvre sur laquelle on va pouvoir venir fixer le crampon comme pour les chaussures de ski.

  • un débord arrière (pour un cramponnage semi-automatique)
  • et quelquefois à l‘arrière ET à l’avant (pour un cramponnage automatique).

Il y a aussi le laçage qui est très spécifique, sur ce type de chaussures, un laçage intermédiaire qui permet de lacer la partie basse de la chaussure et de la serrer pour que le pied soit bien maintenu.

Pour faire simple, il y a un crochet dans lequel les lacets sont passés au niveau de la pliure de la cheville qui est auto-bloquant, on peut par conséquent serrer avec une certaine force le pied et avec une autre force au niveau de la cheville.

Ce laçage intermédiaire permet de laisser un peu plus de débattement éventuellement lors de la montée avec un laçage un peu plus souple sur le haut de la tige ; ou alors si l’on souhaite être vraiment maintenu avec un laçage aussi performant que sur la partie basse.

2. Quelle chaussure d’alpinisme en fonction de sa pratique ?

Pour bien choisir sa chaussure il faut d’abord définir sa pratique.

Été ? Hiver ? Neige ? Cascade ? Randonnée glacière ? Course d’arrête ? Haute altitude ? Polyvalence ?

Le type de chaussures ?

  • les chaussures dites « semi-rigides« 
  • les chaussures dites « rigides« 

On va pouvoir regrouper certaines catégories ensemble pour faciliter les choses.

Les courses hivernales seront toutes faites avec des chaussures rigides, dédiées aux températures de la saison avec des guêtres et surtout une bonne isolation thermique et une étanchéité à l’eau. Ce sont la plupart du temps des chaussures réservées aux pratiquants déjà très aguerris (l’alpinisme se pratiquant majoritairement en été).

Les courses de hautes altitudes (au delà de 3500 mètres d’altitude) auront les mêmes critères de choix.

Pour de la randonnée glacière et les courses de neige jusqu’à AD en été on pourra partir sur des semi-rigides bien isolées thermiquement ou des chaussures rigides (plus lourde mais plus polyvalente).

Pour les courses d’arêtes rocheuses ou mixtes, on pourra privilégier une semi-rigide moins isolée, type la Sportiva trango Tower qui bénéficie d’une très bonne précision au niveau de la pointe.

Pour les courses plus techniques en neige mixte/glace, à partir de D, il est conseillé de prendre des chaussures rigides avec des crampons automatiques afin de bénéficier d’un maximum de précision sur le cramponnage.

L’alpiniste débutant souhaitant quelques courses en neige, quelques courses d’arêtes, un peu de cascade occasionnellement, va donc se positionner sur un modèle plutôt bien isolé, confortable et relativement précis. Il faut savoir que plus une chaussure est polyvalente, moins elle sera excellente dans un domaine, cependant les modèles récents offrent de bon compromis.

Scarpa Ribelle Tech 2.0 HD

L’avantage majeur de la chaussure semi-rigide est son poids et son confort mais elle sera un peu moins précise en cramponnage. La chaussure rigide sera plus polyvalente mais plus lourde et moins confortable au niveau du déroulé du pied.

Il y a des chaussures très particulières pour faire de la cascade de glace / dry tooling où les crampons sont incrustés dans la chaussure afin d’avoir une très grande précision dans les mouvements.

3. Comment prévenir les ampoules

C’est important de se sentir bien dans sa chaussure et d’éviter les ampoules.

Les ampoules, on ne sait jamais au début de la course si on va en avoir,cependant on peut les prévenir :

a. Bien choisir la pointure

  • La première chose c’est de bien choisir la pointure de la chaussure. Il est important de laisser un petit centimètre ou deux à l’avant du pied. Cela va permettre de ne pas avoir le pied qui va taper au fond de la chaussure, surtout en descente.
  • Il vaut mieux prendre toujours une pointure de plus que pour des chaussures de ville. Une descente entière avec le pied qui tape au fond de la chaussure est extrêmement douloureux, les orteils vont devenir tout violacés, et vous garderez un mauvais souvenir de la sortie ; cela risque de vous dégouter de l’alpinisme. Il est peut-être utile de tester en tapant un peu contre un mur ou le sol.
  • A contrario, une chaussure trop grande ou trop large va causer des ampoules, des douleurs au niveau des pliures de la chaussure et un manque de précision sur le rocher et avec les crampons.
  • Il ne faut pas qu’il y ait d’espace entre le talon et la chaussure. Appuyez-vous sur la pointe de votre pied et si votre talon se décolle c’est que la chaussure n’est pas adaptée.
  • Il est intéressant de mettre une semelle orthopédique ou une semelle de confort type « sidas » proche de la forme du pied et permettre vraiment de caler le pied dans la chaussure. Même avec une petite pointure en plus pour laisser de la place à l’avant de la chaussure, la semelle viendra supporter la voûte plantaire, avec un bon laçage, il n’y aura pas ou peu de mouvement et le pied sera vraiment solidaire de la chaussure.

b. Les chaussettes

Les chaussettes sont très importantes. Pour l’essayage des chaussures de montagne, le mieux est d’apporter les chaussettes avec lesquelles on va les utiliser.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [Vidéo] - Faut-il VRAIMENT partir tôt en montagne ?

Globalement aujourd’hui toutes les chaussettes sont assez fines.

Il faut toujours prendre des chaussettes “techniques” asymétriques avec des renforts malléole/talon/orteil, un peu épaisse afin de “combler” l’espace de la pointure supplémentaire et éviter les ampoules sur les zones sensibles.

On va privilégier une chaussette en laine mérinos plus épaisse pour l’hiver ou au-delà de 4000m. Elles ont beaucoup d’avantages :

  • Elles sont en fibres naturelles
  • La laine mérinos garde le pied au chaud, même mouillée : la laine mérinos est plus fine que la laine traditionnelle, cette caractéristique lui offre une meilleure respirabilité. Ainsi, même après une montée intense, vos pieds resteront au sec. La laine absorbe rapidement l’humidité de votre corps et la rejette sous forme de vapeur d’eau, contrairement au coton, qui mouillé, devient très inconfortable.
  • La laine mérinos est antibactérienne et neutralise les mauvaises odeurs ce qui est agréable sur les longues sorties
  • Elles sèchent vite grâce à la finesse des fibres de laine

On pourra aussi partir sur une chaussette double peau. La chaussette double peau est une chaussette classique, mais au lieu d’avoir une seule couche on en a deux et cela va complètement éliminer la friction entre le pied et la chaussure puisque les deux couches vont bouger l’une sur l’autre ; par conséquent, les frictions interviennent au niveau de la chaussette et non plus au niveau du pied.

Il faut compter pour une bonne paire de chaussettes entre 25 et 30 euros (double peau, mérinos…)

Les chaussettes d’alpinisme font partie de l’équipement à ne pas négliger. En effet, cela évitera d’utiliser des pansements hydro colloïde type Compeed (pansements pour ampoules qui vont nourrir et protéger la peau à l’endroit de l’ampoule et permettre de poursuivre la course). Attention néanmoins lors de l’usage de ce genre de pansement qui peut s’incruster dans la peau sur une très longue utilisation ou sur des ampoules très ouvertes.

  • On peut prévenir les ampoules en renforçant la peau avec de la crème nok (très connu dans le milieu de l’alpinisme, du trail, du running … tous ceux qui passent beaucoup de temps dans leurs chaussures), il faut l’appliquer matin et soir pendant une semaine avant la course ; sur les pieds et zones de frottements qui peuvent causer des irritations et/ou des ampoules. C’est une crème qui nourrit et renforce la peau.

4. Des conseils pour entretenir ses chaussures d’alpinisme ?

Une paire de chaussures d’alpinisme a un prix moyen de 250 à 400 euros, et malgré les matériaux actuels très résistants, il est nécessaire de les entretenir, afin de les conserver en bon état, le plus longtemps possible.

La première chose basique est de toujours donc les entreposer dans un endroit sec tempéré. Les matériaux risquent de s’abîmer avec l’humidité même si cela reste des chaussures imperméables.

On peut également utiliser des produits d’entretien intéressants :

  • Les produits réimperméabilisants permettent de rendre à nouveau étanches les chaussures (1 ou 2 fois par saison en fonction de l’usage des chaussures)
  • La sportwacks pour entretenir le cuir, même si la plupart des chaussures sont actuellement en matière synthétique. Mais, au cas où les chaussures ont des parties en cuir, il est important de le faire, lorsqu’elles sont sèches, et après chaque sortie.  
  • Le seam grip est un scellant pour coutures et une colle de réparation de trous, de déchirures et de fissures sur des matériaux élastiques. En le passant sur les zones kevlar avec un pinceau de façon régulière, cela protège les coutures et l’étanchéité.

Lorsque les semelles sont vraiment usées, il est possible de les faire ressemeler chez un cordonnier spécialisé, tout comme ce dernier peut recoudre certaines coutures.

5. Et pour le ski de rando

Les chaussures de ski de randonnée sont utilisables pour faire de l’alpinisme dans la mesure où elles sont rigides et cramponnables, mais c’est un peu moins confortable et moins précis notamment en cascades de glace. Elles feront donc l’objet d’un autre article.

6. Conclusion

  1. Définir sa pratique
  2. Définir la chaussure que l’on va utiliser : chaussures semi rigides, pour les courses rocheuses et courses de neige jusqu’à AD ; chaussures rigides pour de l’alpinisme plus technique et/ou à plus haute altitude.
  3. Vérifier la compatibilité des chaussures avec les crampons que l’on possède ou que l’on compte acheter
  4. Bien vérifier que la chaussure soit confortable, adaptée à sa morphologie, ne surtout pas hésiter à demander des conseils aux vendeurs qui sont très compétents dans les magasins types Vieux Campeurs, Espace Montagne, Montania Sport, Montaz …
  5. Une fois la chaussure achetée, servez-vous-en, mais pensez surtout à l’entretenir.

Pour voir la partie 2 de la vidéo cliquez-ici.


TRANSCRIPTION TEXTE DE LA VIDÉO (générée automatiquement)

salut les montagnards on se retrouve aujourd’hui pour une vidéo sur les chaussures d’alpinisme et comme vous avez pu le constater on l’a fait en partenariat avec espace montagne allez suivez moi bonjour devenue celle espace montagne celle du tome donc bah Tom présente toi en deux trois mots alors je m’appelle tome de louis donc on est chez se passe montagne ont un magasin qui a été fondée par mon père en 1982 aujourd’hui on est spécialiste de l’alpinisme du ski de tous les sports outdoor qui touche à la montagne super et bat donc on va tout de suite en dire plus sur les chaussures d’alpiq comment les choisir quels sont les différents types de chaussures et puis on va visiter un peu le magasin voir tout ce que vous avez quoi allez c’est parti c’est parti [Musique] donc tu sommes dits nous ont un peu plus sur la spécialité des espaces montagne vous êtes des pros mais c’est quoi votre corps de métier alors comme je le disais le magasin a été fondée par mon père en 1982 donc à la base mon père était vraiment passionné d’alpinisme et de ski donc il a voulu créer un choc autour de ces deux disciplines donc on s’appelait altitude sport début et on a vraiment commencé avec avec ces deux sports pour ensuite se développer petit nos petits en rentrant le snowboard et puis aujourd’hui tous les sports qui vont toucher à la goutte d’or et à la montagne en général ok donc vous avez une très forte identité qui est tourné autour de la haute montagne avec l’alpinisme et le ski qui était vraiment les bases de la construction de l’espace montagne exactement c’est vraiment ce qui nous caractérise ce sera toujours dans notre adn et on a toujours cette volonté de proposer à nos clients vraiment des produits centrés autour de l’alpinisme du ski et maintenant comme je vous le disais on s’est un petit peu élargie mais ça restera toujours dans notre notre corps de métier et ce pourquoi on en est là aujourd’hui voilà c’est vraiment c’est vraiment ces deux sports hockey et donc si on veut parler un petit peu plus d’alpinisme et du sujet qui va nous intéresser aujourd’hui est-ce qu’on pourrait peut-être définir déjà ce que renferme le la définition de d’alpinisme parce que c’est quelque chose d’assez larges et ça va être important ensuite pour choisir vos chaussures donc qu’est ce que c’est vraiment l’alpinisme alors l’alpinisme en fait c’est un terme qui permet de regrouper toutes les pratiques qui vont permettre à une personne d’atteindre un sommet donc globalement c’est en haute altitude ça peut être de la randonnée glaciaire de la cascade de glace de la course d’arette ou du mixte c’est ça roule vraiment tout ça et c’est le sport le terme qui permet de définir le sport pour atteindre un sommet ok d’accord donc on a des vrais mans une pratique qui va peut-être être plus orienté sur enfin qui se rapproche très très fortement de la randonnée donc qu’il valait plus est orienté pour les débutants qui est la randonnée glaciaire jusqu’à des pratiques très avancé comme le ministre ou la cascade de glace exactement hockey et du coup on va adapter sa chaussure en fonction de sa pratique ça paraît logique mais c’était important de le rappeler forcément donc à l’ombre la chaussure maintenant super allons-y super alors on va tout de suite rentré dans le vif du sujet et pour dégrossir un petit peu on va parler d’abord des parties de la chaussure parce qu’il ya différents termes un peu technique et ça doit être important de savoir à quelle partie correspond quoi donc à est ce que tu peux nous dire nous en dire un peu plus oui avec plaisir donc déjà on se retrouve devant notre murale de sélection de chaussures d’alpinisme donc vous voyez qu elles se ressemblent toutes à peu près on va dire donc ce qui est important sur une chaussure c’est déjà sur les chaussures d’alpinisme pardon c’est déjà d’avoir les tiges hautes latitudes la tige haute ça va permettre de bien protéger la cheville et d’avoir un très bon maintien on a aussi donc la partie se mêlent donc que vous voyez ici donc là on est sur une semelle vibram vibram qui est un des très grands acteurs du marché de la chaussure en général et de la chaussures d’alpinisme dont on a vraiment une semelle qui est vraiment cramponner qui va permettre une progression sur tous types de terrains donc que ce soit de la neige de la boue éventuellement du rocher donc la semaine est vraiment très importante sur le côté de la chaussure là ce que vous pouvez voir et la coque vous pouvez pas le voir à l’écran mais c’est très très rigide donc c’est vraiment dur ça permet de protéger le pied éventuellement des chutes de cailloux ce genre de choses mais vraiment la partie la partie coque de la chaussure c’est vraiment fait pour protéger le pied après sur certaines chaussures d’alpinisme quasiment sur tout on a ce qu’on appelle des débords là on est sur un des bras arrière vous voyez c’est une sorte de petites lèvres sur laquelle on va pouvoir venir fixer le crampon donc ceux des bords il peut être à l’avant et à l’arrière donc sur celui ci il est simplement à l’avant ou à l’arrière pendant vous le voyez vous le voyez ici et sur ce type de chaussures on aura un débord avant ici et un débours arrière ici voilà donc ça c’est déjà quatre éléments majeurs de la chaussure après on a aussi le laçage qui est très spécifique ouais sur ce type de chaussures avec une tige qui est vraiment hot on va avoir un passage intermédiaire ça permet de placer la partie basse de la chaussure et de la serre et pour que le pied soit toujours bien maintenu ça c’est très important d’avoir un bon maintien dans sa chaussure ça permet d’éviter plein des arguments qu’on évoquera éventuellement plus tard et après ça permet aussi de laisser donc cela sage intermédiaire permet de laisser un peu plus de débattement éventuellement lors de la montée avec un laçage un peu plus souple sur sur le haut de la tige ou alors si on souhaite être vraiment maintenu avec un massage aussi aussi performant que sur le sur la partie boss ok donc ça permet vraiment de séparer le bas de la chaussure du haut de la chaussure exactement qu’est exactement c’est vraiment le principe et c’est très efficace donc pour bien choisir sa chaussure il va falloir d’abord définir sa pratique on en revient toujours au même point et donc quel type de pratique on a et quel type de chaussures on va choisir en fonction de cette pratique là est ce que tu peux nous détailler ça bien sûr alors déjà en alpinisme ya on va dire deux grands types de chaussures donc elle et chaussures qui vont être dites rigide avec un bloc se mêlent rigide comme on l’évoqué tout à l’heure et les chaussures qui vont être plus souple donc ils seront semi-rigide donc pour ces deux shows sur ce on a deux pratiques différentes y en a une qui va être donc plutôt ciblé sur les débutants en alpinisme d’accord ça va être les coques semi-rigides ça permet de faire à la fois de la randonnée est à la fois de la randonnée glaciaire pour aller chercher un petit peu éventuellement un glacier monter un petit peu plus son altitude et du coup évoluer sur un glacier qui seront peut-être plus agréable en termes de marche exactement plus agréable parfois plus légère donc c’est pas toujours vrai parce qu’aujourd’hui on arrive à faire du très light sur de la chaussures d’alpinisme aussi calme est globalement plus légère plus agréables à porter et on va dire avec une meilleure mobilité ok on sera un peu plus à l’aise pendant la progression que ce soit sur une randonnée classique ou alors c’est une randonnée glaciaire mariage c’est plus pour l’alpiniste débutant en bas de la carte la deuxième catégorie ça va être la catégorie rigide donc là on est sur des coques qui sont réellement rigide ça ça va être très importante dès qu’on va faire une course type à 100 soit aux passants sion du mont blanc ça permet de sécuriser le pied à la fois les objets extérieurs qui pourraient venir se heurter aux pieds non par les grecs et à une chute de cailloux ce genre de choses et ça permet aussi de garantir une stabilité puisque en fait on n’aura pas de torsion de la chaussure on aura vraiment une base très rigide et très stable qui permettra justement d’avoir un pas assurer qu’on soit sur une arête oui dans une progression un peu plus classique sur une randonnée glaciaire un petit peu plus plus en haute altitude et après ça marche aussi très très bien du coup en randonnée classique même si ça reste un peu moins confort en confort de marche ouais qu’une semi rigides ou qu’une chaussure de randonnée ok mais ça reste indispensable comme utilisé sur une à si on sait un petit gratton une petite prise une petite réglette qu’on veut bien prendre avec sa chaussure ça va permettre une plus grande précision que une chaussure semi rigide exactement c’est exactement ça et en plus ça permet une très grande précision avec les crampons puisque vrai qu’on a eu un blog qui est rigide le crampon va être parfaitement adaptés et on va pouvoir par exemple si on fait une course d’arette on va pouvoir utiliser son crampon directement dans la roche à gré d’avoir un bloc complètement rigide qui permettra d’avoir une très très bonne tenue sur pendant l’ascension 21 et l’important est de bien sentir du coup le crampon ne pas sentir la chaussure qui bouge d’avoir cette sorte d’imprécisions exactement localement alors que avec un blog semi-rigide le crampon sera pas aussi stable ok d’accord et ben vu qu’une belle image vaut mieux qu’un long discours on va peut-être regarder ce que ce que peut faire enfin la différence en tout cas en visuel d’une chaussure semi rigide et rigide directement sur notre petit support bien sûr avec plaisir du coup alors on va se faire notre petit tertre donc là on a un petit plan incliné avec deux trois petits cailloux qui permet à nos clients de tester leurs chaussures en live donc là on est sur une chaussures d’alpinisme avec une coque rigide et les deux des bords que je vous évoquez tout à l’heure donc là on voit que si on vient s’appuyer on a une chaussure qui ne bouge pas elle est très rigide vous voyez qu’il ya aucune aucune torchon on ira vent sur une chaussure qui reste au wat donc ça ces chaussures d’alpinisme et du coup une grande précision de fin pour l’escaladé et y tient exactement très très grande précision les crampons sont très très bien montée du coup ils bougeront pas une fois qu’on les a bien réglée ok là on est sur une coque semi rigide donc plutôt une chaussure on va dire de grande randonnée donc il va être très robuste aussi et là on va voir tout de suite ou que elle plaît plus voyez on a plus de torsion alors je sais pas si on va voir la torsion sur le côté on la voit légèrement voilà là on a une chaussure qui reste rigide mais qui va être quand même beaucoup plus souple qui va offrir un confort de marche un petit peu supérieure mais du coup qui sera moins adaptés à la pratique de l’alpinisme et là je vous ai amené une petite chaussure de randonnée classique pour voir la différence est là on voit s’applique très facilement ouais et en torsion aussi voilà la différence donc vous avez qu’à essayer de faire de l’ escalade avec ça vous allez voir que c’est pas très pratique c’est moins pratique ça c’est sûr alors donc si on résume tome on a trois types de chaussures d’alpinisme on va avoir les semi rigide qui vont peut-être plus pour la randonnée glaciaire les courses de débutants ensuite on va avoir les chaussures très enfin rigide qu’on appelle juste rigide qui vont elles être vraiment général sur l’alpinisme comme on l’entend les courses d’arette ça peut être aussi du coup les randonnée glaciaire ça va être assez générales et ensuite on va avoir une troisième catégorie qui va être encore plus spécifique ça va être pour l’alpinisme très très de très haute altitude donc type everest expédition et c est donc là qui vont non seulement être rigide mais qui vont aussi apporter un confort thermique qui est beaucoup plus importante parce qu’on imagine bien qu’il ya eu 8000 mètres d’altitude on n’a pas la même température que la quête mille donc comment ça va des chaussures un peu spécifique avec notamment une guêtre qui va remonter mon héros donc ça c’est important pour avoir justement comme tu le mentionnait c’est un port thermique qui est vraiment important en altitude après c’est on va dire des produits qui sont ciblés par quelques alpinistes et quand l’air est globalement c’est un peu moins le grand public par exemple on peut mentionner la scarpe à fantômes 8000 dès qu’ils les des plus grandes chaussures aujourd’hui sur sur l’ascension de l’everest ou du cac 2,1 contre la ce genre de sommets mythiques way très très haute altitude c’est ça donc on a vraiment besoin de cet apport thermique et de quelques autres petites spécificités mais bon c’est ouais ça reste très minime quoi ça reste une population très partie particulière a été précis mais avec je suis sûr qu’on a présenté là on peut déjà vraiment ouais allait faire ya trop à faire de l’alpinisme en altitude mais bon c’est sûr si on veut monter encore plus haut il faudra c’est du hockey et donc on peut mentionner aussi peut-être il ya une chaussure qui équipe qui peut devenir très spécifique c’est la chaussure de cascades de glace alors il faut préciser qu’on peut faire de la cascade de glace avec une chaussure du moment qu’elle est rigide alors semi rigide je pense pas mais mes cascades de glace voilà avec une chaussures d’alpinisme classique rigide on peut en faire et il ya des pros je pense c’est réservé peut-être aux pros aux personnes qui font vraiment que ça qui utilise alors là une chaussure très particulière de cascades de glace où les crampons sont vraiment incrusté enfin dans la chaussure pour avoir une sorte de cohérence enfin que ce soit vraiment juste la prolongation des orteils quoi les crampons exactement alors après on peut déjà redéfinir un puisque c’est la cascade de glace voyez que tout le monde bon voisinage il m’a dit je t’en prie donc c’est à la base cédant en milieu naturel donc separate les cours d’eau qui gèle pendant l’hiver qui sont du coup grimper par quelques quelques passionnés de cascades de glace ou en tout cas d’alpinisme et donc c’est vraiment très particulier il ya l’utilisation de piolet de cascades de glace aussi l’allégement genre tu puises incarner exactement mais pour avoir une meilleure prise oui bon ça c’est vraiment en entre l’escaladé et l’alpinisme c’est vraiment une super discipline est effectivement donc pour ce qu’ils font vraiment que la cascade de glace et en compétition parfois on a des chaussures spécifiques mais on peut déjà faire la cascade de glace avec des chaussures à crampons table et avec aussi des chaussures de ski comme j’en avais fait il ya quelques mois on avait fait du ski de rando et ensuite on avait enchaîné avec une petite sortie fin à une petite cascade de glace est donc là si on peut mettre enfin on peut mettre les crampons directement sur les chaussures de ski ça je le précise aussi parce que c’est vrai que ça avait été une de mes questions quand j’avais débuté le ski de rando à un moment on devait remonter un couloir et je m’étais dit enfin j’avais posé une question le gars je le connaissais pas j’avais rencontré sur facebook et tout fin j’étais trop chaud pour faire ma première sortie ski de rando est en fait j’avais posé une question de débutants complets on m’a dit est ce que je dois prendre mes chaussures d’alpinisme en plus de mes chaussures de ski si je veux mettre mes crampons dessus je savais pas en fait et et donc il faut savoir que quand on est dit on ne sait pas forcément mais on peut mettre les crampons sur directement sur les chaussures de ski de rando pour que ce soit pour faire de la cascade de glace ou pour remonter un couloir où voilà donc ça va être plus en hiver ou à limiter au printemps quoi mais voilà c’est ça après c’est vrai que ce sera un peu moins confortable notamment ses cascades de glace ouais donc celle ci répond en général si on peut avoir une belle chose sûre d’elle qui prime c’est sympa mais c’est vrai que dans dans ce cas de figure bah c’est obligé on est on doit mettre les crampons sur la chaussure de ski ok on en a vu déjà pas mal pour aujourd’hui donc je vous propose de voir la suite dans une prochaine vidéo et puis on se dit à bientôt et bas bientôt ciao !

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire